INSA LYON

06 sep
06/sep/2022

INSA LYON

Francis Maupas nous a quittés le samedi 3 septembre 2022

Francis était un homme que la réputation précédait. Lourde tâche donc, que de résumer sa personne en quelques lignes. S’il fallait commencer quelque part, on décrirait certainement son esprit, qui était à l’image de cette école qu’il aimait tant : « inventif et foisonnant ». Arrivé en 1961, d’abord en tant que conseiller d’orientation professionnelle, puis en que directeur des résidences, Francis Maupas n’a pas seulement marqué l’institution. Il a inscrit un souvenir attendri chez toutes les personnes qui avaient eu la chance de croiser sa route.

Débarqué du navire Jean Bart sur lequel il avait fait son service militaire, il s’était naturellement acclimaté à l’ambiance communautaire qu’offrait l’INSA. Ses fonctions au « service Psychologie » semblaient avoir été dressées pour lui. Durant ses études de psychologie, il avait été associé dès la création de l’INSA aux commissions d’appréciations. Ainsi était-il était déjà familier avec l’aspect inédit que portait le « projet INSA ». Avait-il conscience qu’à la signature de son premier contrat, débutait une longue histoire d’amour avec cette école ; lien qui rayonnera certainement encore longtemps après la fin de sa vie ?

Il disait du service APO (Aide Psychopédagogique et Orientation) qu’il dirigeait, que « comme aux Galeries Lafayette, il s’y passe toujours quelque chose ». Effectivement, là où se trouvait Francis Maupas, il se passait toujours quelque chose. Son rôle, à la croisée des chemins entre les études et l’emploi, la famille et la société, supposait une faculté d’écoute qu’il est juste de se remémorer; des heures et des heures dédiées aux autres, inlassable. 

Mais Francis ne s’est jamais satisfait d’être seulement une bonne oreille ; c’était un homme d’action. Toujours intéressé et cherchant à aller au fond des choses, il visait l’évolution, le mieux, récoltant ainsi autant la résonnance que la dissonance auprès de ses interlocuteurs. De toutes ses compétences mises à profit au sein des services de l’INSA par lesquels il a pu passer, c’était son calme, son extrême bienveillance et son sens de la justice qui marquaient ses collègues et étudiants. 

Amoureux des idées de Capelle et de Berger, il trouvait dans leurs écrits une source d’inspiration profonde. Ce psychologue de formation se sentait-il investi d’une mission ? Personne n’a jamais vraiment su le dire. Tout ce que l’on peut affirmer avec certitude, c’est cette passion, vouée à la philosophie insalienne, toute sa vie. Même après ses trente-six ans de postes, rien ne l’avait arrêté dans son ambition de faire vivre les idées des fondateurs de l’école. À sa retraite, il eut d'ailleurs longtemps proposé des leçons de « communicologie », au département des Humanités : un cours qui consistait en des groupes de paroles sur les sciences humaines, la psychologie et la sociologie. 

Francis était un homme passionné de photographie et de lecture. Un peu fâché avec l’informatique, il préférait le papier, qu’il gardait précieusement. À tel point, qu’il s’était vu prêter un espace au sous-sol de la résidence GJ pour entreposer ses 35 mètres linéaires d’archives publiques. Ce grand collectionneur ne s’était jamais débarrassé des lettres, fiches ou prospectus qui avaient pu concerner l’école. Si un bon nombre de ses souvenirs et de ses écrits sont désormais classés méthodiquement dans un fonds d’archives dédié, d’aucun savent qu’il préférait en garder quelques-uns secrets qu’il avait souhaité partager dans une anthologie. Ce projet de publication, poussé par le directeur Joël Rochat, a été enrichi année après année. Dans la maison construite par son père, dans le Var, il a continué, jusqu’aux derniers mois de sa vie, à peaufiner des écrits longtemps placés sous scellés tant il leur trouvait un goût d’inachevé. Aussi faudrait-il l’écriture d’un livre tout entier pour faire honneur à un tel homme ; peut-être aussi épais que celui sur lequel il travaillait depuis plusieurs années. 

L’école portera longtemps la mémoire de Francis Maupas, dont l’histoire est mêlée à celle de l’INSA Lyon.

Un dernier hommage lui sera rendu le lundi 12 septembre à 10h00 à l’église de Solliès-Pont, dans le Var. 

Le parcours de Francis Maupas au sein de l’INSA Lyon
En 1961, il intègre le service Psychologie. Puis, en parallèle de ces missions, il se voit confier la direction des résidence E, F et H. En 1963, il est nommé responsable du service Psychologie, jusqu’en 1974 où le nom change et devient le service APO (Aide Psychopédagogique et Orientation). En 1976, après 15 années de dévouement Francis Maupas met fin à ses fonctions de directeur des résidences E, F et H au profit d’actions pédagogiques dans les département GMD (Génie Mécanique et Développement) et IF (Informatique). En 1976, ce service mène des actions au niveau des admissions : recrutements, recruteurs, préparations, entretiens, jurys… En parallèle de ces activités, Monsieur Maupas assure des cours de « communicologie », perpétués même après sa retraite en 1997. Jusqu’en 2000, et malgré la suppression du service APO après son départ et au profit d’internet, il met son expertise au service de l’INSA, afin d’assurer une « assistance technique ».